Voir aussi
25 Juillet 2014
Le Président de la République IDRISS DEBY ITNO a reçu hier après-midi, à Am-Djarass, chef-lieu de la région de l’Ennedi Est, le ministre équato-guinéen de l'Intégration régionale, M. Baltazar Engonga Edjo. Il est porteur d’un message du Président Théodoro Obiang Nguema Mbasogo à son homologue tchadien.
19 Juillet 2014
Visite officielle du Président de la République française, M. François Hollande NDJAMENA 18-19 juillet 2014
Recommandez cet article à vos amis
INTERVIEW EXCLUSIVE DU PRESIDENT IDRISS DEBY ITNO A AL -JAZZERA
Le Président de la République IDRISS DEBY ITNO a accordé vendredi une interview exclusive à la chaine de télévision Al-Jazzera
La Libye de Kadhafi a fait trop de mal au Tchad. Le Tchad a vécu des moments difficiles. Prenez l’exemple de l’occupation de sa partie Nord qui a duré vingt 20 ans. Nos frères libyens croient aujourd’hui que le Tchad avait d’une manière ou d’une autre soutenu Kadhafi par rapport à mes déclarations de l’époque. Non ! Ce n’était pas un soutien à Kadhafi. J’ai fermé les frontières du Tchad avec la Libye, empêchant aux Libyens ayant travaillé avec Kadhafi d’entrée au Tchad. Nous avions voulu en son temps que contrairement à la force brutale, que le groupe de Kadhafi quitte la Libye afin que les nouvelles autorités s’installent dans la paix. Personne ne nous a écoutées. Nous avions même retenu un pays ; l’Afrique du Sud et que les Libyens organisent une nouvelle Libye viable qui aura de bonnes relations avec tous les pays voisins et qui ne jouera pas le jeu que Kadhafi a joué pendant 40 ans dans ce continent africain.
Mais concernant l’agression du Tchad par la Libye de Kadhafi, Je persiste à affirmer que la Libye de Kadhafi a trop fait du mal au Tchad. La Libye de Kadhafi a détruit le Tchad, elle a tué des dizaines voire des centaines de milliers, des Tchadiens ; la Libye a été à l’origine des désordres que le Tchad a connues dans les années 70, 80 voire même jusqu’à récemment dans les années 90 et 2000. Je ne souhaite pas qu’en l’état actuel de nos relations que la Libye nouvelle dont j’ai reçu ici son Premier ministre soit à l’origine d’une quelconque déstabilisation du Tchad. Beaucoup de mercenaires se promènent à Benghazi, il y a même un camp qui est ouvert à Benghazi qui sert de centre de regroupement des Tchadiens, cela à quel dessein ? Nous ne savons pas. Je connais ceux qui pilotent ces mercenaires. En tant que telle, je demande aux nouvelles autorités libyennes de prendre toutes les dispositions pour que le Tchad ne connaisse pas une nouvelle mauvaise aventure venant de la Libye comme lors des années précédentes que j’ai citées plus haut.. Il ne faut pas aussi oublier qu’il y a un million de mines qui ont été semées au Nord du Tchad. Et, ces mines tuent chaque jour des Tchadiens. L’histoire retiendra que les Tchadiens demanderont un jour les dommages et intérêts des affres et des souffrances qu’ils ont connues sous le régime de Kadhafi. Nous avons connu des relations très difficiles avec Kadhafi pendant 40 ans. Kadhafi a occupé le tiers du Tchad. Kadhafi a détruit le Tchad, Kadhafi a déchiré le Tchad. Kadhafi a exterminé les Tchadiens. S’il y a un pays qui a subi les souffrances et les désordres de la part du régime de Kadhafi, c’est d’abord le Tchad. Nous osons croire qu’avec la Libye nouvelle et c’est notre souhait que la Libye nouvelle ne copie pas le mauvais exemple de Kadhafi mettant en mal la paix et la quiétude des pays voisins au sud du Sahara.

Nous savons qu’à Benghazi, certains frères qui sont là-bas, je les connais tous : ils sont quatre (04) ou cinq (05) grandes personnalités de la Libye nouvelle qui veulent organiser une sorte de rébellion avec les résidus des mercenaires qui ont quitté le Soudan. Je ne crois pas ça sera pas une bonne chose pour la stabilisation de la sous-région. Donc, je demanderai à mes frères de la Libye nouvelle de prendre toutes les dispositions nécessaires pour éviter le désordre au Tchad par ce que qu’ils ne gagneront rien de tout. Nous voulons de bons rapports avec la Libye. Nous cherchons à avoir les meilleurs rapports possibles avec la nouvelle Libye ; nous voulons travailler avec la nouvelle Libye ; nous voulons coopérer avec la nouvelle Libye et je souhaite aussi que de l’autre côté nos frères parlent dans le même langage et que nous travaillons ensemble dans le cadre de l’Union Africaine pour la construction du continent africain. Et, il est nécessaire que tous les dirigeants des différents pays prennent des dispositions nécessaires de manière à ce que nous puissions maitriser le phénomène d’instabilité chronique qui secoue l’Afrique depuis les indépendances jusqu’à nos jours. Je crois que le moment est venu pour que l’Union Africaine qui va fêter son cinquantenaire dans quelques semaines puisse insuffler un nouveau sang pour que les pays africains ne soient pas à l’origine du désordre des autres pays africains. C’est tout mon souhait.

**FIN**




Site Officiel de la Présidence de la République du Tchad | © copyright 2011